Geoffroy Roux de Bézieux, « business angel » du vélo

Il répond à l’appel, mais s’excuse aussitôt : « Je ne peux pas vous parler, je suis à vélo ». Toutefois, précise immédiatement Geoffroy Roux de Bézieux, « c’est pour aller au travail, pas pour les loisirs !  » La valeur travail n’est jamais bien loin quand on interroge le président du Medef. Pour lui, le vélo n’est pas seulement un moyen de transport et une passion dominicale depuis vingt ans, c’est aussi une valeur d’avenir.

Le « patron des patrons » investit, via sa holding Notus technologies, dont il détient 100 % des parts, dans plusieurs sociétés qui assemblent ou distribuent des vélos-cargos, ces biporteurs ou triporteurs capables de transporter des charges lourdes ou encombrantes. Notus a ainsi acquis Nihola, un fabricant fondé au Danemark en 1998 et Amsterdam Air, un distributeur en ligne de marques néerlandaises. Des cargos, mais aussi « des tandems, des vélos adaptés, des pliants », précise Geoffroy Roux de Bézieux. En 2021, Notus a acquis 24 % de Douze Cycles, qui assemble ses biporteurs dans la périphérie de Dijon depuis 2012.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Les zones à faibles émissions, illustration de l’inertie dans la lutte contre la pollution

Pourquoi investir dans le vélo-cargo ? « Ce secteur présente un potentiel de croissance forte, pour des raisons écologiques, réglementaires, comportementales », explique l’investisseur. Alors que les villes cherchent à limiter les allées et venues des camionnettes, et que 45 zones à faibles émissions interdisant les véhicules polluants sont annoncées dans les métropoles pour 2025, le transport de colis et marchandises à vélo est amené à se développer. Le patron de Notus identifie plusieurs sous-marchés prometteurs : « Les livraisons, y compris de palettes, les véhicules des artisans, la mobilité des familles et celle des personnes à mobilité réduite. ».

Un « investisseur solide »

Thomas Coulbeaut, fondateur de Douze cycles, a accueilli avec enthousiasme cet investisseur prestigieux. « Geoffroy nous a contactés l’an dernier. Je savais qu’il s’intéressait au vélo. Il représente un investisseur solide, qui nous permet d’emprunter de l’argent », raconte-t-il. Le célèbre patron, « serial entrepreneur », a aussi « mis de l’huile dans les rouages » pour aider Douze à conclure un accord avec Toyota. Le constructeur automobile, qui affiche ses ambitions sur le marché de la « mobilité décarbonée », va distribuer 5 500 cargos Douze chez ses concessionnaires à partir l’été 2023.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La difficile mesure de l’empreinte carbone d’un vélo

La holding Notus appuie ses poulains à l’aide « d’outils de pilotage », notamment financiers. Si, pour l’heure, les trois entreprises sont regroupées dans le « pôle Outdoor » de Notus, Geoffroy Roux de Bézieux ne cache ses « ambitions assez fortes » dans le secteur. « Je ne vous fais pas le pitch écolo, dit-il, mais c’est un marché ultra-actif, à la croisée des passions individuelles, de la nécessité de changer les modes de déplacement ainsi que de la technologie, électrique et connectée. » Notus reçoit « toutes les semaines des dossiers émanant de start-up qui proposent des projets plus ou moins solides et plus ou moins innovants », témoigne son dirigeant, bien décidé à consacrer plus de temps à la holding lorsqu’il aura quitté la présidence du Medef, « dans un an ».

Il vous reste 15.99% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.