Le plan vélo sera « doté de 250 millions d’euros en 2023 », annonce Matignon

Des vélos électriques fabriqués par la société française Moustache exposés lors du Cycle Show 2013 à Paris le 13 septembre 2013.

Le fonds du plan vélo sera « doté de 250 millions d’euros en 2023 », a fait savoir Matignon, mardi 20 septembre : « 200 millions seront [consacrés] aux infrastructures et 50 millions d’euros pour le stationnement ». C’est le quatrième anniversaire de ce plan doté en principe de 500 millions jusqu’en 2025. Un « comité interministériel du vélo », qui intégrera tous les ministres concernés, va par ailleurs être lancé à l’automne et se réunira tous les six mois.

Le « fonds mobilités actives », qui permet le financement d’infrastructures, s’inscrira « dans une logique de contractualisation avec les collectivités, pour s’assurer que les investissements soient ciblés et efficaces », poursuit Matignon, précisant :

« L’enveloppe pluriannuelle reste à définir, car elle s’inscrira dans la réflexion globale sur les infrastructures de transports, sur la base notamment du conseil d’orientation des infrastructures qui sera rendu cet automne. »

Lire aussi : Comment le vélo devient l’atout gagnant des villes moyennes

« Soutien à la réalisation d’itinéraires cyclables sécurisés »

A la fin de 2018, le gouvernement d’Edouard Philippe, dont Elisabeth Borne était alors la ministre des transports, avait annoncé un « plan vélo » national instaurant notamment un fonds de 350 millions d’euros sur sept ans (2018-2025), abondés de 150 millions d’euros supplémentaires par le plan de relance décidé après la pandémie de Covid-19.

Selon le site du ministère de l’écologie, « les cinq premiers appels à projets lancés entre 2019 et 2022 ont connu un franc succès, avec 933 projets lauréats pour un total de 365 millions d’euros de subventions. 599 territoires ont ainsi pu bénéficier d’un soutien à la réalisation de projets de pérennisation des pistes cyclables de transition, de réalisation d’itinéraires cyclables sécurisés et de résorption de discontinuités d’itinéraires ».

Le plan vélo, qui court désormais jusqu’en 2027, entend également porter à l’intégralité d’une classe d’âge le dispositif « savoir rouler à vélo » à l’école primaire, dont ont bénéficié 160 000 enfants depuis trois ans.

Lire la tribune : Article réservé à nos abonnés Valérie Masson-Delmotte et Olivier Schneider : « L’Etat doit engager un plan Marshall pour le vélo »

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.